Maserati Mexico (1966-1972)











 Histoire

 
    Dans le début des années 60, la gamme Maserati offrait de quoi satisfaire les désirs les plus variés. Une pléthore de modèles se disputait les faveurs de la clientèle. La sublime 3500 GT Touring avait jeté les bases de ce développement rapide et quelque peu anarchique. L’amateur pouvait néanmoins trouver chaussure à son pied. Dans cet entrelacs de modèles, la genèse de tel ou tel modèle paraît dès lors facile à établir. Ainsi, la « Mexico » succède-t-elle logiquement aux coupés « Sebring », de même qu’elle dérive étroitement dans sa conception de la berline « Quattroporte », tout en ayant servi de base de développement à la « Ghibli ».


Turin 1965, prototype sur le stand Vignale.


  Turin 1965
   
    La Maserati Mexico
, connue sous le code interne « tipo AM112 », fut présentée pour la première fois sous la forme d’un prototype équipé d’un V8 4.9L sur le stand du carrossier Vignale au Salon de Turin 1965. L’accueil reçu fut enthousiaste et la firme décida de mettre en production le modèle. La version définitive dessinée par Virginio Vairo fut présentée l’année suivante au Salon de Paris d’octobre 1966. Le design de Vignale pour la carrosserie était solide et élégant. La revue britannique « Car », première revue spécialisée à essayer la voiture, trouvait qu’elle était en quelque sorte une Aston Martin de Modène, un modèle de la vieille école.

NB : un prototype fut également proposé par le carrossier Frua en 1966 sous le numéro de châssis AM112*001. Cela laisse penser qu'il s'agit de la première Mexico construite. Or, il apparait peu probable qu'il s'agisse d'une proposition de Frua destinée à concurrencer le projet de Vignale. En effet, ce prototype fut achevé après le début de la production en série de la Mexico... le dessin de Vignale ayant déjà été validé. Frua réalisa par la suite deux autres "one off" sur base Mexico. Ils portent respectivement les numéros de châssis AM112/1*003 et AM112/F*588.


La Maserati Mexico, dans de nombreux ouvrages, est attribuée au styliste italien Giovanni Michelotti qui collabora de nombreuses années avec le carrossier Vignale. Un article de la revue américaine "Viale Ciro Menotti" numéro 91, nous indique qu'il s'agit en réalité d'un projet interne réalisé par le styliste "maison" Virginio Vairo à qui l'on doit également l'Indy. Cette information est confirmée par le fils de
Giovanni Michelotti. Son père cessa en effet sa collaboration avec Vignale en 1961. M. Vairo confirma par la suite qu'il était l'auteur du dessin.


Maserati Mexico, modèle de série, 1966.
 
    L'origine du nom Mexico provient du fait que le prototype Vignale fut vendu en 1965 à un important client mexicain du nom de Diaz Barroso. Selon les registres de l'usine, la Maserati 5000 GT du président mexicain Adolfo López Mateos acquise en 1961 fut vendue par la suite au Señor Barroso. À la suite d'un important accident, Barroso envoya sa 5000 GT à l'usine pour réparation. Durant sa visite, Barroso aperçut le prototype Vignale, l'acheta et le numéro de châssis de sa 5000 GT fut transféré sur le prototype afin d'annuler les droits de douane lors de son retour au Mexique. Incidemment, le pilote britannique John Surtees remporta en 1966 le Grand Prix du Mexique sur une Cooper-Maserati.
 
    La Maserati Mexico fut tout d’abord commercialisée avec le V8 4,7L développant 290 ch puis parallèlement apparue une version équipée du V8 4,2L de 260 ch issue de la Maserati Quattroporte. Ces groupes étaient associés à l’excellente boîte manuelle ZF à 5 rapports ou à une Borg-Warner automatique à 3 rapports en option. La vitesse maximale oscillait entre 230 et 250 km/h.


V8 Maserati 4.2L ou 4.7L
 
    La Maserati Mexico était capable d'accueillir 4 adultes confortablement installés dans de très beaux sièges en cuir. Elle possédait une magnifique planche de bord en acajou richement dotée en instrumentation. Les vitres électriques et la climatisation étaient de série tandis que la direction assistée, la boite automatique et la radio étaient optionnelles.




 
    La Maserati Mexico est le premier modèle de la marque à recevoir un freinage à disques ventilés aux quatre roues amplifiés par deux servo-freins Girling.
 
    La Maserati Mexico était équipée de jantes fils Borrani 650 x 15" à serrage central. Sur les modèles tardifs des jantes disques en tôle furent montées, les Borrani fils étaient toujours disponibles mais désormais fixées par quatre écrous. Certains modèles furent équipés sur demande des jantes magnésium Campagnolo de la Maserati Ghibli.


 
    En 1967, son prix de vente en France était de 92 000 F. À l'époque, ses rivales étaient la Ferrari 365 GT 2+2, la Lamborghini Espada, l'Aston Martin DB6 ou l'Iso Rivolta GT.
 



Extrait du Salon de l'Auto 1969



Modèle
Cylindrée Puissance Vitesse pointe Prix
Maserati Mexico 4.2L
V8
4.2L
260 ch
230 km/h
92.000 F

Maserati Mexico 4.7L
V8
4.7L
290 ch
250 km/h non importée*







Aston Martin DB6
L6
4L
286 ch
230 km/h 87.500 F

Aston Martin DB6 Vantage
L6
4L
330 ch
250 km/h 89.500 F

Ferrari 365 GT 2+2
V12
4.4L
320 ch
245 km/h 106.500 F

Iso Rivolta IR300
V8
5.4L
304 ch
215 km/h 65.000 F

Iso Rivolta IR350
V8
5.4L
355 ch
220 km/h non importée

Lamborghini Espada
V12
4L
325 ch
250 km/h 104.000 F

* faux, les registres de l'importateur français indiquent 5 Mexico 4,7L vendues sur notre territoire.



A comparer à...


Citroen DS21
L4
2,2L
115 ch
175 km/h
18.952 F
Peugeot 504 berline
L4
1,8L
87 ch
160 km/h
13.856 F
Renault 16
L4 1,5L
63 ch
146 km/h
11.428 F


Extraits des Salons de l'Auto 1969 et 1971.







Histoire

Contact